Préliminaires anciens

L’antiquité et la culture chinoise et arabe mentionnent des cas de sauts, en général à partir d’une tour, freiné à l’aide de dispositif ad hoc (cerf-volant, toile soutenue par des armatures, etc.). Au IIIe millénaire av. J.-C., un empereur de la dynastie Xia parvient à sauter hors d’une grange en feu en tenant à bout de bras deux parasols.

En 852, Ibn Firnas, décide de voler en se lançant depuis la grande mosquée de Cordoue à l’aide d’un énorme manteau pour amortir sa chute. En 880, à l’âge de 70 ans, il se fait confectionner des ailes de bois recouvertes d’un habit de soie qu’il avait garni de plumes de rapaces. Il se lance d’une tour surplombant une vallée, et, même si l’atterrissage est mauvais (il s’est fracturé deux côtes), il resta dans les airs un certain temps en vol plané. Il fut observé par une foule qu’il avait par avance invitée. L’historien du xviie siècle, Al Maqqari, qui rapporte cette histoire, attribue son échec à l’absence d’une queue à son appareil. Léonard de Vinci suivit une approche semblable et rajouta une queue, mais le système imaginé n’avait vraiment pas assez de surface de sustentation pour fonctionner correctement et il faudra attendre Ader ou les premiers planeurs du xixe siècle comme ceux d’Otto Lilienthal pour voir ce concept hérité de la légende d’Icare véritablement fonctionner.

Le Gascon envolé, estampe.

On rapporte qu’à l’époque de la Renaissance, l’ingénieur croate Fausto Veranzio (Faust Verančić) réussit un saut depuis l’une des tours de Venise. Léonard de Vinci dessine lui aussi une première ébauche de parachute. Newton à la fin du xviie siècle donne une explication théorique au comportement des corps pesants et de la résistance de l’air mais n’en tire aucune conclusion pratique1. En l’an 2000, l’Anglais Adrian Nicholas teste le modèle de Vinci (7 mètres de côtés) avec des matériaux de la Renaissance. Ce parachute de bois et de toile pesant tout de même 85 kg, la fin de la chute s’effectue avec un parachute moderne2. Quelques années plus tard, un Suisse refait l’expérience, mais avec une version modifiée, avec des matériaux d’aujourd’hui, le 26 avril 20083. Mais l’histoire du parachute n’a pu véritablement commencer qu’à partir du développement d’aéronefs fonctionnels ; montgolfière d’abord, puis avions. Le parachutage de petits animaux est expérimenté dans les années 1780 par des physiciens comme Jean-Pierre Blanchard et Louis-Sébastien Lenormand. Ce dernier invente le terme « parachute », par analogie avec le « parasol » auquel ressemble son engin, qu’il utilise pour sauter de l’observatoire de Montpellier le 26 décembre 1783. Son engin est muni de fortes armatures de bois.