Parachute sportif

Contrairement à l’idée largement répandue dans le grand public, les parachutes servant au parachutisme sportif, par opposition au parachutisme militaire, ne sont plus des parachutes de type hémisphériques (conçus pour le largage en masse de troupes militaires aéroportées et ayant une capacité de manœuvre très limités) mais des « ailes », ayant une vitesse horizontale, pouvant se diriger, mais ne pouvant pas reprendre de l’altitude comme un parapente. Cette capacité de vol d’une voile de parachute permet au parachutiste de se poser debout sur ses pieds et sans choc lorsque la manœuvre d’atterrissage est correctement effectuée.

Un parachute sportif se compose :

  • d’un sac-harnais : c’est à la fois un sac qui contient les voiles (principale et de secours) et un harnais dans lequel prend place le parachutiste ;
  • de deux voiles, une voilure principale et une voilure de secours qui sont reliées aux élévateurs par les suspentes, les élévateurs de secours font partie intégrante du harnais et les élévateurs principaux sont reliés au sac-harnais par un système de libération dit système trois anneaux. Ce système permet de désolidariser la voilure principale du harnais pour permettre l’épanouissement de la voilure de secours en cas de besoin sans qu’elle n’interfère avec la voile principale ;
    1. la voilure dite « principale » est celle que le parachutiste ouvre normalement. Elle se situe dans la partie basse du sac-harnais et est pliée par le parachutiste lui-même ou par un plieur, après chaque saut ; sa surface est comprise entre 7 et 30 m2 suivant l’expérience et le gabarit du sautant.
    2. la voilure de secours est une deuxième voile, utilisée en cas de défaillance ou de non ouverture de la voile principale. La voilure de secours doit être pliée par un plieur qualifié, car le pliage est très minutieux et technique, et doit être fait avec le plus grand soin.
  • d’un déclencheur de sécurité (obligatoire dans certains pays comme la France) dont le but est d’ouvrir automatiquement le parachute de secours dans le cas où le parachutiste serait encore en chute à une altitude donnée. Pour ce faire, le déclencheur mesure la vitesse de descente et l’altitude, grâce à un système de vario-baromètre mécanique (système FXC) ou électronique (système ArgusCypres ou Vigil).

L’ouverture de la voile principale se fait souvent à l’aide d’un extracteur, que le parachutiste place dans le vent relatif produit par sa chute ; il s’agit d’un petit parachute qui se gonfle dès que le parachutiste le lâche, car il le tient par son sommet. Dès lors, l’extracteur retire l’aiguille de fermeture du sac-harnais qui s’ouvre et extrait le POD (nom du sac de déploiement contenant le parachute). Les suspentes se mettent en tension et sortent des élastiques qui les solidarisent au POD et le ferment. Ce dernier s’ouvre donc et libère la voile qui se gonfle progressivement. Pour que l’ouverture de la voile ne soit pas trop violente un glisseur temporise son ouverture en limitant la quantité d’air qui arrive sous la voile. L’ouverture complète d’une voile principale se fait entre 2 et 4 secondes.