Déborah Ferrand, reine du saut en parachute de précision

À 36 ans, Déborah Ferrand a décroché, fin août en Bulgarie, l’or en parachutisme de précision d’atterrissage.

Imaginez une pièce de dix centimes posée au sol. Imaginez vous maintenant sauter dix fois en parachute d’un avion sur cette pièce à une altitude de 1000 m, avec, au total, une marge d’erreur de… 6 cm. C’est ce que Déborah Ferrand a réussi pour devenir championne du monde de précision, fin août en Bulgarie.

« Il faut toucher avec le talon, c’est plus sûr », précise la Parisienne de 36 ans. Une performance d’autant plus remarquable que la France attendait ce titre depuis… 1960. Ce n’est pas pour autant une surprise pour celle qui sera bientôt adjudant-chef dans les fusiliers commandos, également titrée aux Championnats du monde militaire en Hongrie une semaine auparavant.

Premier saut en solo

Née dans le XIe arrondissement de Paris, Déborah a très vite la tête dans les étoiles : « On habitait à Athis-Mons (Essonne), au bout des pistes d’Orly. J’ai toujours adoré les avions. » À 18 ans, elle suit ses parents dans la région de Nîmes : « J’allais m’engager dans l’armée, pour y passer mon brevet de pilote. Forcément, j’ai voulu savoir ce que ça faisait de sauter en parachute. Mon premier saut, je l’ai fait en solo, sans assistance. J’entends le bruit de l’avion, je vois la voile s’ouvrir et je ressens le calme. Je vole ! »

L’année suivante, la jeune femme commence la compétition. Rapidement repérée, elle rejoint l’équipe de France militaire en 2004 (en tant que remplaçante), puis la civile : « J’étais nulle, mais j’avais une folle envie de tenir ma place. » À tel point qu’elle ne fera désormais plus que du parachutisme. En 2009, cette compétitrice dans l’âme est championne du monde militaire de vol relatif à quatre (NDLR : chaque équipe doit réaliser un maximum de fois une série de figures) et bat son premier record du monde.

Lire la suite …